Les grands cimetières sous la lune Les grands cimetières sous la lune
Les grands cimetières sous la lune Les grands cimetières sous la lune
 / 

Les grands cimetières sous la lune

À propos

Paru en 1938, ce violent pamphlet fit scandale en France à sa parution. Il condamne les exactions de la répression franquiste lors de la guerre civile espagnole et s'oppose fermement aux thèses de l'Action française. Les attitudes politiques de Georges Bernanos évoluent radicalement et il va prendre en horreur cette droite dont il semblait jusque-là figurer l'enfant turbulent. Révolté, il prend fait et cause pour les républicains et dénonce les atrocités d'un crime irrémédiable : le ralliement de l'Église espagnole au coup de force nationaliste du général Franco et la Terreur blanche cléricale. Écrivain de son temps, il n'est rien que Bernanos ne blesse ou ne dresse, qui n'appelle en lui colère et dégoût. Pourtant chrétien, monarchiste et individualiste, il offre un « témoignage de combat », qualifié de gauche, qui a vite pris une actualité extraordinaire pour se révéler une prophétie pathétique des grandes catastrophes du siècle. Et il le fait avec une éloquence chaleureuse, grondante et visionnaire. Résidant en Espagne à Palma de Majorque de 1934 à 1937, d'abord séduit par la « croisade franquiste », Georges Bernanos suit de près les événements (600 000 morts) et ne tarde pas à prendre le parti des victimes, avec compassion.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782859207519

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    307 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    415 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Georges Bernanos

Georges BERNANOS (1888-1948), homme de foi et de passion, chrétien de combat et solidaire des pauvres, anticonformiste et polémiste, débute dans le journalisme en collaborant à L'Action Française. Il rompt toutefois avec Maurras dès 1932, allant jusqu'à critiquer âprement nombre de principes qu'il avait jusque-là défendu et se rapprochant entre autres de Mauriac et Malraux. À son retour des tranchées en 1918, il devient inspecteur d'assurances. Son premier roman, Sous le soleil de Satan, publié le 18 mars 1926 (il a alors 38 ans), remporte un succès considérable qui le convainc de se consacrer exclusivement à l'écriture. S'attaquant au conformisme bourgeois au nom de ses convictions catholiques, s'affirmant " ni de gauche ni de droite " et ne se rangeant dans aucun parti, le romancier du " réalisme surnaturel " et des conflits intérieurs est surtout l'ennemi de toutes les veuleries qui diminuent l'homme et de toutes les tyrannies qui l'écrasent. Bernanos s'installe aux Baléares en 1934, où il écrit son second chef-d'oeuvre, Journal d'un curé de campagne. Lorsque éclate la guerre civile espagnole, écrivain témoin de son temps, il ne tarde pas à prendre le parti des victimes dans le violent pamphlet antifranquiste Les Grands Cimetières sous la lune (1938), pourfendant avec véhémence la compromission du clergé. Face à la montée des fascismes, il quitte ensuite l'Europe pour s'installer au Paraguay (un rêve d'enfance), puis au Brésil, où il entreprend l'élevage de buffles. Il y passera la guerre en défendant sans cesse la cause de son pays déchiré et devenant l'un des plus grands animateurs spirituels de la Résistance française. En juillet 1945, Bernanos rentre en France où il meurt trois ans plus tard. Son oeuvre romanesque est constamment rééditée.

empty