De la disparition des larmes

À propos

Dans un monologue en trois parties (L'amour adolescent, Pourquoi ça coule pas ? et Je souffle dans l'éternité que je t'aime), la narratrice aborde les sentiments et leur assèchement dans les larmes et les mots.
La première partie dépeint le souvenir d'un amour adolescent, envoûtant et profond. Un accident lors d'une soirée brise cette relation, ne laissant alors que souvenirs et regrets.
Dans la deuxième partie, la narratrice raconte sa relation avec Monsieur C, son voisin, auprès de qui elle se prostitue. Un jour, alors qu'elle entre chez lui, elle l'observe pleurer, discrètement. Dégoûtée par cette manifestation intime, elle développe toute une réflexion sur l'assèchement des larmes mis en relation avec l'ailleurs, ces régions où la pluie ne coule plus.
La dernière partie est la réaffirmation et l'acceptation de l'amour dans toute sa gravité qu'éprouve la narratrice. Elle raconte les peines traversées dans l'absence d'expérience sensible de cet amour.



Rayons : Littérature générale > Poésie > Contemporaine

  • EAN

    9782842608910

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    54 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    88 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Milène Tournier

Milène Tournier, née en 1988 à Nice, est docteure en études théâtrales
de l'université Paris-3-Sorbonne nouvelle.
Dirigée par Hélène Kuntz, sa thèse s'intitule « Figures de l'impudeur :
dire, écrire, jouer l'intime (1970-2016) ». Ses recherches portent sur l'au-
tobiographie, le corps, le jeu, et la redéfinition de l'intime à l'aune du
partage en ligne sur les différentes plateformes du web.
Elle participe à une résidence d'écriture dramatique pour l'édition 2018
du Lyncéus Festival à Binic. Elle est également documentaliste.
En 2017, elle obtient la bourse des encouragements de la Commission nationale d'Aide
à la création de textes dramatiques pour Dans ma ville. La même année, elle tourne dans
Automne malade, docu-fiction de Lola Cambourieux et de Yann Berlier, fondateurs du groupe
Réalviscéralisme qui s'intéresse à la porosité entre réel et fiction.
En 2013, elle est lauréate du prix de la Nouvelle de l'université Paris-3-Sorbonne nouvelle.
Elle pratique l'écriture vidéo et partage régulièrement son travail sur le réseau social Facebook.
Quelques-uns de ses poèmes seront publiés dans le prochain numéro de la revue de poésie
contemporaine Place de la Sorbonne.

empty