Mark Rothko ; rêver de ne pas être

À propos

Mark Rothko est né en 1903 à Dvinsk dans l'Empire Russe - aujourd'hui Daugavpils dans le sud-est de la Lettonie - sous le nom de Marcus Rothkowitz. A la fin des années 30, il abandonne le suffixe de son patronyme et adopte la nationalité américaine. C'est après la Seconde Guerre mondiale que va s'affirmer ce qui fera la notoriété internationale de sa peinture : ses célèbres écrans de couleur. Dans le courant des années 60, il réalise son oeuvre maîtresse : un ensemble de panneaux obscurs pour une chapelle qui portera son nom à Houston. Il se suicide en 1970.
Troublé par l'apparent effacement de ses origines dans son oeuvre, Stéphane Lambert a cherché à reparcourir le fil gommé de ce déracinement. L'auteur a donc fait le voyage en Lettonie et à Houston, deux destinations que tout semble opposer, et surtout s'est beaucoup promené dans les peintures de Rothko. Il ressort de cette confrontation un texte qui, partant de l'expérience vécue du peintre, peu à peu se plie à l'absence de forme de l'oeuvre observée et en sonde l'incommensurable profondeur : un lieu où se seraient amalgamés tous les lieux, où s'allient les contraires.



Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782363080578

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    0.7 cm

  • Poids

    96 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Stéphane Lambert

Stéphane Lambert (né à Bruxelles en 1974) est licencié en langues et littératures romanes de l'Université de Bruxelles (ULB). Essayiste et poète, il a été éditeur littéraire, journaliste, réalisé plusieurs documentaires sonores pour la RTBF et a été primé à deux reprises par l'Académie royale de langue et de littérature française. En mai 2009, l'actrice Micheline Presle, avec laquelle il a publié un livre d'entretien (Di(s)gressions, Stock), a lu son texte L'Adieu au paysage consacré à Claude Monet dans la salle des Nymphéas de l'Orangerie puis au Grand Palais en 2010. En 2012, Dans le désordre de Claude Régy (Arles, Actes Sud), coécrit avec Stéphane Lambert, a obtenu le prix du Meilleur livre sur le théâtre décerné par le Syndicat de la critique théâtrale. Ila également publié à La Lettre volée : Le Jardin, le séisme. Dans les pas de François Muir (2013) et Art Poems (2017)

empty