Le marchand de Venise
 / 

À propos

> Antonio, un riche armateur de venise, décide d'emprunter trois mille ducats à l'usurier juif shylock afin d'aider son ami bassanio à gagner belmont où il espère faire la conquête de la belle et riche portia. comme les autres prétendants, il doit se soumettre à l'épreuve que le père disparu de la jeune femme a imaginée, et choisir entre trois coffrets, d'or, d'argent, et de plomb. mais, au moment où il l'emporte sur ses rivaux, il apprend qu'antonio vient d'être jeté en prison pour n'avoir pu rembourser sa dette à shylock qui exige qu'en vertu du contrat une livre de chair soit prélevée sur le corps de son débiteur. Publié en octobre 1600, le marchand de venise entrecroise deux intrigues dont l'une met en scène, à venise, le monde de l'argent et de la justice, tandis que l'autre, à belmont, fait place à la musique et l'amour: une double comédie qui ne se referme pas sur une fin heureuse, mais laisse à leur mystère les figures complexes du juif cruel, et cependant humain, et des chrétiens qui ont su en faire leur victime.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782253082576

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    187 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Poids

    120 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

William Shakespeare

Fils d'un gantier devenu bailli de Stratford, Shakespeare put étudier, mais des revers de fortune familiaux et un jeune mariage semblent l'avoir conduit à arrêter. On le suppose établi à Londres dès 1588, mais sa réputation dramaturgique naît en 1592. Son premier mécène est le comte de Southampton à qui il dédie des poèmes, genre dans lequel il excelle au vu de ses 'Sonnets' (1609). Il joue ses pièces à la cour d'Elizabeth 1ère, puis de Jacques 1er, ensuite il devient successivement actionnaire du théâtre du Globe et du Blackfriars (1608). En 1612, il rentre à Stratford. Auteur d'une oeuvre unique et intemporelle, il s'attacha à décrire les jeux du pouvoir et les passions humaines, mêlant joie et douleur, emprisonnant la vie dans ses vers. Les premières oeuvres furent marquées par leur caractère historique ('Richard III'). A partir de 1594, il développa ses comédies ('Beaucoup de bruit pour rien') et délivre sa première tragédie majeure, 'Roméo et Juliette', qu'il fera suivre d''Hamlet', d''Othello' et du 'Roi Lear'. Sa dernière pièce, 'La tempête', est une oeuvre remarquable, baignée d'ésotérisme.

empty