Biographies / Monographies

  • « Nous entrons dans les sociétés de la croissance immatérielle, de la connaissance, au coeur desquelles nous retrouvons le corps, l'éducation, l'intelligence et le partage. C'est ce nouveau paradigme de la complexité qui, dans les cinquante prochaines années, accompagnera une autre forme de croissance, dont le sport est l'un des modèles. Parce qu'il inaugure une nouvelle réflexion sur le corps, sur le dépassement de soi, sur la biologie humaine, sur le rapport à autrui, parce qu'il ouvre à une réflexion sur l'éthique, sur le management d'une équipe et sur le combat pour gagner, mais en adoptant des stratégies inédites. » Ce livre est une invitation à surfer la vie en pleine conscience du déterminisme et de la liberté qui nous animent. Défenseur des écosports, d'un partage de la nature sous un mode gagnant-gagnant, Joël de Rosnay appelle à une civilisation de l'empathie, dans laquelle le sport prend toute sa place. Aux rapports de force, il privilégie ceux de flux, pour poser les bases d'un nouvel humanisme, où la compétition aura quitté son caractère guerrier et conservé ses vertus de jeu et d'émulation.
    Prospectiviste réaliste, Joël de Rosnay garde un enthousiasme débordant pour l'avenir : « J'ai des projets pour cent vingt ans ! »

  • Jour après jour, le biologiste a observé un mètre carré de sol forestier des Appalaches une année durant. Il livre ses réflexions et ses découvertes sur l'écologie, l'évolution du vivant, l'interaction entre les espèces, le rythme des saisons et les conséquences de l'activité humaine sur la nature.

  • Cet ouvrage est un essai libre sur la vie et l'oeuvre d'Arne Næss, philosophe norvégien, à la fois écologiste engagé et alpiniste de renom. Au-delà de sa pensée philosophique, Næss invite chacun à découvrir son propre rapport à la nature, dans un processus d'identification - et donc d'empathie -, afin de fonder les bases nouvelles d'une écologie qu'il nomme « profonde ».
    Jamais dogmatique ni extrémiste, l'oeuvre de Næss incite au contraire le lecteur à développer sa propre «écosophie », créative et tolérante, à s'inventer une vie plus écologique sans bouleverser complètement ses habitudes, voire en améliorant sa qualité de vie.

  • L'histoire d'un combat de 60 années et des perspectives qu'il apporte pour demain -- Un livre pour tous ceux qui, découvrant les produits bio ou en consommant déjà, souhaitent en savoir plus sur l'histoire de l'agriculture biologique, sa raison d'être, son avenir.
    -- Un livre écrit à la première personne par un auteur pionnier de cette agriculture en France et fondateur de Terre vivante.
    -- Un témoignage personnel qui fourmille d'anecdotes vécues tout au long d'un parcours très atypique.
    -- Une « remise à l'heure » apportant des contre-arguments à ceux qui, pendant des décennies, ont ignoré ou combattu cette agriculture.
    -- Une mine d'informations sur ce qu'elle est aujourd'hui, en France et dans le monde, et sur son avenir.
    /> -- Avec de nombreuses informations inconnues, ou restées confidentielles, notamment sur l'azote de synthèse et ses « apprentis sorciers ».

    Sur commande
  • Maurice Chaudière est un écologue incarné, un naturaliste de génie qui sait ce que vivre en cohérence avec ses valeurs veut dire. Dans cet ouvrage, il partage ses réflexions sur le monde et nous offre le témoignage de son parcours hors norme. Il dresse avec humour, tendresse et poésie le portrait des arbres et des animaux qui l'ont nourri autant qu'inspiré. Les arbres dont je suis fait et autres retours sauvages est une véritable ode à la vie, à l'attention de l'être en quête de sens et de liberté qui sommeille en chacun de nous.

    Sur commande
  • Qu'est devenu Benjamin Lesage quatre ans après son voyage autour du monde sans un sou en poche ? Comment a évolué sa conviction que l'argent est à l'origine de bien des maux de la Terre, à commencer par le désastre écologique qui menace ? S'est-elle dissoute, comme tant et tant de rêves, dans les contraintes que la vie nous impose ? Benjamin a-t-il cédé aux petits bonheurs de la consommation et du confort ?
    Obstiné et toujours idéaliste, Benjamin n'a rien lâché, ou presque, de ses convictions. Après moult péripéties et déconvenues, accompagné de Yazmin, rencontrée (et épousée) au Mexique, puis de la petite Ada, née en 2015, il est parvenu contre vents et marées à créer le lieu où il pourrait mener la vie dont il rêve, en compagnie d'autres hommes et femmes de bonne volonté. Un lieu innovant, expérimental, végane, écologique et où l'économie du don prévaut : Eotopia.
    Cultiver le potager pour se nourrir, réduire au maximum ses achats, cuisiner sur un rocket stove, un poêle écolo fait de matériaux de récup, faire sa lessive grâce à un système de pédalage qui permet de ne pas avoir recours à l'électricité, fabriquer soi-même son dentifrice, son produit vaisselle ou sa lessive, découvrez une vie en communauté mue par la conviction que c'est à plusieurs que l'on peut trouver des solutions pour un monde meilleur.

    Sur commande
  • Face à l'une des plus anciennes catastrophes industrielles du monde, Tanaka Shozo (1841-1913) mène la première grande campagne de contre-lobbying de l'histoire.

    Dans une époque de violente modernisation, où l'État japonais de l'ère Meiji sacrifie brutalement les populations à la cause de l'économie, un homme sort du rang. Un paysan épris de justice et de vérité sacrifie tout intérêt personnel pour entrer en politique comme on entre en religion.

    Dans un Japon en pleine occidentalisation, ce député en guenilles, vivant dans une auberge de jeunesse de Tokyo, ouvre avec un siècle d'avance l'ère des combats écologistes. Défenseur de la terre et du peuple,Tanaka Shozo finit sa vie comme un saint - dans un syncrétisme bouddhiste, confucéen et chrétien.
    />
    Un boeuf dans la tempête est à la fois l'histoire d'un homme politique, d'un écologiste, d'un poète et d'un moine errant. Tanaka Shozo, visionnaire intempestif, s'impose aujourd'hui comme une figure importante de la lutte non-violente, de la vie spirituelle et de l'histoire de l'écologie.

    Sur commande
  • En dehors de quelques réseaux libertaires, personne ne connaît plus aujourd'hui Émile Gravelle ou Henri Zisly, auteurs pourtant prolifiques, expérimentateurs aventureux et figures de proue du mouvement des anarchistes dit « naturiens ». Durant une vingtaine d'années, ce petit groupe n'a cessé de dénoncer les absurdités et les impasses de la civilisation industrielle, et de militer pour un retour à « la vie naturelle ».
    Le mouvement naît à Paris en 1894, à l'initiative du peintre et dessinateur Émile Gravelle. Il énonce les principes d'une vie naturelle opposée à la vie artificielle qui semble alors s'imposer avec le développement du capitalisme industriel et l'urbanisation qui en découle. Par la suite, le mouvement grandit et donne lieu à de nombreuses publications, des groupes plus ou moins éphémères se forment à Paris et en province, des essais de communautés vivant selon ses idées se développent en différents lieux.
    L'idéal naturien subsiste longtemps dans les marges du mouvement libertaire, même si la Grande Guerre et les mutations politiques qu'elle entraîne accélèrent sa marginalisation. Leurs textes, écrits il y a plus d'un siècle - dans une époque traversée par de rapides bouleversements, des aspirations et des craintes qui demeurent plus que jamais les nôtres -, restent d'une étonnante actualité.
    On retrouve aujourd'hui des plaidoyers comparables pour un retour à la nature chez les primitivistes américains, qui n'ont sans doute jamais lu ces lointains prédécesseurs européens. Dans leurs conflits et divergences, dans leurs contradictions mêmes, les naturiens furent d'indéniables précurseurs de la décroissance, de son utopie comme de ses difficultés.
    Les auteurs réunis dans cette collection constituent les racines de la pensée politique de la décroissance.
    L'apport des anarchistes naturiens à cette pensée est présenté ici par François Jarrige ; la seconde partie de l'ouvrage est composée d'extraits qui offrent un accès direct à son oeuvre.

  • Le livre La « révolution écologique » est de retour. Apparue dans les années
    1970, l'expression revient en force depuis 2007, diversement remise au goût du
    jour par Jacques Chirac, Dominique Voynet ou le Grenelle de l'environnement de
    Nicolas Sarkozy. On ignore pourtant souvent que la paternité de la formule
    revient à un rédacteur et dessinateur de Charlie Hebdo, Pierre
    Fournier, artisan oublié de la contestation écologique en France, inspirateur
    du combat antinucléaire et fondateur de la revue La Gueule Ouverte. En homme
    discret et rétif au militantisme, il préférait rester dans l'ombre ; son
    parcours témoigne pourtant de ses aptitudes à devenir, suivant le mot de
    François Cavanna, l'« apôtre de l'écologie ». C'est la brève période de son
    engagement public, de 1969 à sa mort brutale en 1973, que retrace ici
    l'historien Patrick Gominet. Au sein du journal Hara-Kiri, le « barbu
    sinistre » en costume-cravate-chapeau, cabas de légumes biologiques au bras,
    fait figure de curiosité. La bande libertaire finit pourtant par l'adopter, lui
    et ses dessins et chroniques qui tentent de concilier une double : défendre la
    nature en s'appuyant sur les acquis de Mai 68. Ce récit vivant et documenté,
    fondé sur des recherches approfondies dans les archives personnelles de
    Fournier, sera illustré par un choix de dessins et de chroniques du « prophète
    de l'écologie », sélectionné en collaboration avec Danielle Fournier. Les
    auteurs Patrick Gominet est historien et enseignant à Montpellier. Auteur de
    travaux universitaires sur le mouvement écologique, il a transmué son ancien
    militantisme en une activité de recherche et d'écriture. Danielle Fournier,
    épouse de Pierre Fournier, travaille à garder vivante la mémoire de celui qui
    fut « tout à la fois dessinateur, journaliste et pamphlétaire, mêlant la
    jouissance du dessin au sarcasme de l'écriture ». Elle a publié en 2003 aux
    Cahiers dessinés un recueil de dessins intimes et inédits de Fournier, Carnets
    d'avant la fin du monde.

    Sur commande
  • Les paysages du pourtour méditerranéen français reflètent une intense et très ancienne occupation humaine. Les milieux ouverts, qui correspondent à des formations végétales spontanées allant du presque minéral au boisé (pelouses écorchées, landes, maquis, garrigues, pré-bois...), sont en grande partie l'héritage de pratiques pastorales. Ils occupent des espaces présentant des contraintes pour certaines formes d'agriculture, mais où des activités d'élevage ont toujours trouvé leur place. Ils abritent de nombreuses espèces patrimoniales de la flore et de la faune.
    Aujourd'hui, le métier d'éleveur et l'activité pastorale sont au coeur d'intenses débats. Des femmes et des hommes vivent de cette activité qui façonne les paysages et les milieux grâce à l'action de leurs troupeaux et à leurs savoir-faire. Alors même que l'importance du pastoralisme pour la conservation des paysages agropastoraux et le maintien de la biodiversité est reconnue depuis plusieurs décennies, cette activité se heurte à de nouveaux défis : prédation, concurrence avec les autres usages non agricoles (tourisme, loisirs résidentiels, grands aménagements, chasses privées, etc.), difficulté de reconnaissance et de soutien au sein des institutions et des territoires, changement climatique...
    Cet ouvrage collectif, piloté par le Conservatoire d'espaces naturels du Languedoc-Roussillon dans le cadre du projet européen Life+ Mil'Ouv et construit avec les éleveurs, les scientifiques et les gestionnaires d'espaces naturels et pastoraux, pose les enjeux du maintien de l'activité pastorale, forme d'élevage extensif à haute valeur naturelle, et du cadre dans lequel elle pourrait s'inscrire à l'avenir. Des témoignages d'éleveurs émaillent le propos de spécialistes aux compétences diverses autour d'une activité intemporelle qui coïncide avec certaines attentes de la société d'aujourd'hui, notamment vis-à-vis d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement, préservant la biodiversité, proposant une alimentation de qualité, en lien avec son territoire.

    Par le Conservatoire d'Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon

    Sur commande
  • A travers des balades pédestres (diurnes et parfois nocturne), l'auteur (médiateur en sciences) présente la découverte des espaces verts d'une commune et de leurs biodiversités: faune, flore (dont les anomalies végétales), traces animales, géologie, écologie, etc. Plus de 150 photographies en couleurs. Destiné à tous les publics. 9 cartes de circuits avec des numéros pour se repérer.

    Sur commande
  • "Cet ouvrage s'intéresse aux « finances climatiques » et au retrait ainsi qu'au retour de la première puissance mondiale, les États-Unis, dans la bataille contre les changements climatiques, en évaluant son impact financier pour lutter contre l'ultimatum de la nature. Un vibrant appel est lancé à tous les décideurs et acteurs mondiaux, car l'instauration de l'état d'urgence climatique nécessite l'adoption du paradigme de la crise climatique, mais aussi et surtout une pénalisation du déni du changement ou du négationnisme climatique. Que deviendra notre planète si la communauté des pollueurs continue de refuser de prendre ses responsabilités ? La plus grande menace demeure l'émission des gaz à effet de serre, qui entraînent non seulement le réchauffement du climat, mais la crise climatique plus globale. Les États pollueurs dans leurs guerres économiques ont toujours su faire les plus grands sacrifices, mais aujourd'hui, alors qu'il faut réparer, ceux-ci ne semblent pas enclins à prendre leurs entières responsabilités. La nature ne peut se défendre seule. Nous croyons que les États-Unis sauront être un leader de cette coalition des États pour sauver notre environnement. L'avenir des générations futures est en jeu. La conscience collective de l'humanité est nécessaire."

  • La justice climatique ; vers une nouvelle gouvernance des changements climatiques ? Nouv.

    Les changements climatiques affectent désormais la globalité de la population mondiale ainsi que nos équilibres écosystémiques, l'agriculture, la pêche, la forêt, les sols, la biodiversité, mais également nos systèmes financiers, assurantiels, pouvant bouleverser nos modes de vie. Les scientifiques s'accordent à dire qu'à l'avenir, les changements climatiques ne feront qu'accentuer les inégalités économiques et sociales d'ores et déjà observées entre États, communautés, catégories sociales, hommes et femmes, etc. Dans ce contexte, la justice climatique est devenue une question incontournable dans les débats nationaux et internationaux sur le climat.

empty