Littérature antique autre

  • «L'Art de la guerre» de Sunzi (Ve siècle av. J.-C.) est le premier traité de stratégie connu au monde. Stratège militaire du début de l'époque des royaumes combattants (475-221 av. J.-C.), l'auteur favorise la stratégie indirecte. Classique du genre, sa compréhension dépasse le domaine militaire et peut être étendue à la plupart des domaines de l'activité humaine. L'Occident en prit tardivement connaissance à partir du XVIIIe siècle. Quant à «L'Art de la guerre» de Sun Bin (milieu du IVe siècle av. J.-C.), on croyait ce texte perdu depuis plus d'un millénaire. Jusqu'à la découverte, en avril 1972, de lamelles de bambou, dans un tombeau des Han de l'Ouest à Yinqueshan, dans le district de Linyi, province du Shandong. Elles portaient non seulement le texte de «L'Art de la guerre» de Sunzi, mais aussi celui de «L'Art de la guerre» de Sun Bin. Elles permirent de distinguer les deux auteurs, leur originalité, et de prendre enfin connaissance de l'oeuvre disparue.

  • Les 36 Stratagèmes est un livre mystérieux. La légende veut que le mince opuscule émanant du milieu des sociétés secrètes antimandchoues de la fin des Ming, sur lequel s'appuient toutes les éditions, exégèses et traductions modernes, ait été, après une longue éclipse, redécouvert en 1941 chez un libraire de Chine du Nord.
    Par la suite, l'ouvrage devait connaître de multiples tirages et devenir l'un des traités militaires les plus lus de la planète, avec L'Art de la guerre, de Sun Tzu.
    Ce manuel peut être aussi utile dans toutes les situations de conflit auxquelles chacun de nous doit faire face.

    Sur commande
  • La première grande oeuvre littéraire de l'humanité, et un mythe fondateur des civilisations occidentales, dans une traduction versifiée qui se lit comme un roman d'aventures. Stephen Mitchell restitue le souffle épique et la profondeur philosophique du plus ancien récit du Déluge, dans une langue à la fois puissante et envoûtante.

    L'épopée de Gilgamesh est l'histoire du premier héros de la littérature, le roi d'Uruk, un tyran indomptable, et de son périple tumultueux qui le conduira à l'acceptation sereine de son destin de mortel.

    En donnant voix et force à la souffrance et à la peur de la mort, en décrivant l'amour, la vulnérabilité et la quête de la sagesse, ce récit mythique touche le coeur de chacun d'entre nous et notre plus profonde humanité.

  • L'idée d'une création ex nihilo, envisagée à titre de supposition par la pensée grecque, a été aussitôt rejetée comme pure absurdité. Cette condamnation, explicitement soutenue dès Parménide, vise-t-elle le grand mythe cosmogonique de référence qui, chez Hésiode, fait « naître » en premier Chaos ? Brise-t-elle une réception du monde entre un muthos et un logos ?
    Cet essai veut démontrer qu'il n'en est rien, à condition de bien entendre le mythe qui n'enregistre pas une naissance ponctuelle à partir du néant, mais décrit un processus toujours reproduit : le retrait incessant de l'infigurable (seule définition possible de Chaos) pour laisser advenir ce qui n'est pas lui, à savoir un monde en train de se configurer... sans cesse. Alors que le muthos traque « ce sans quoi » les choses peuvent apparaître, le logos définit « ce d'où » elles adviennent et retournent.
    Les Anciens ont tracé deux itinéraires : celui qui débouche sur l'inhérence de « ce d'où » les choses proviennent et celui qui mène au dévoilement de « ce sans quoi » elles poussent. Le fameux antagonisme muthos-logos est à reconsidérer... à l'aune de l'éternité et de son étonnante condition originelle : l'infigurable Chaos dont l'incessant retrait offre au monde la condition de son discernement.
    L'ouvrage invite à suivre ces cheminements parallèles d'une pensée qui se réfléchit dans son refus du néant.

    Sur commande
empty