• À 23 ans, Pic de la Mirandole (1463-94) a quitté le château familial depuis six ans et beaucoup voyagé et étudié à travers l'Europe. Il vit à Florence, fréquentant la fine fleur des humanistes de la cour de Laurent de Médicis. Il veut être reconnu comme le plus grand philosophe de son époque, car il estime avoir résolu les questions les plus difficiles de la philosophie de tous les temps -notamment l'épineuse affaire de la contradiction entre Aristote et Platon.
    Il a résumé ses analyses dans les 900 Conclusions qu'il s'apprête à publier à Rome. Le livre est rédigé dans le style que l'on nomme « parisien », doté d'une implacable précision autant que dépourvu de poésie. C'est un latin érudit et émaillé de formules en grec et en hébreu.
    Il veut pouvoir affronter tous les contradicteurs possibles dans un débat qu'il désire organiser à Rome en 1487. Pour en assurer la plus large diffusion, il fait placarder l'annonce de la dispute en divers lieux publics.
    Mais ses ennemis s'organisent et circonviennent le pape Innocent VIII, si bien que le souverain pontife fait interdire le débat sine die, jusqu'à ce qu'une commission ad hoc se prononce sur l'orthodoxie des Conclusions. La commission se réunit en mars, mais Pic refuse de se rendre aux convocations. Après des débats orageux, la commission condamne 13 conclusions pour des motifs allant de la simple « offense aux oreilles pieuses » à l'hérésie caractérisée. Pic rédige alors une Apologie réfutant toutes les accusations dont il est l'objet, ce qui exaspère le pape.
    Le 31 juillet, Pic se résout à signer un acte de soumission par lequel il s'engage « à ne plus défendre ces doctrines, parce que Sa Sainteté et ses représentants jugent qu'elles ne peuvent pas l'être. » Le 4 août, une bulle papale condamne la totalité des 900 Conclusions et ordonne, sous peine d'excommunication, que tous ses exemplaires soient détruits par le feu.
    La bulle n'est finalement promulguée qu'en décembre, assortie d'un mandat d'arrêt contre le récalcitrant. Pic s'enfuit en France, où il espère se mettre sous la protection de Charles VIII. Il est arrêté à Lyon puis emprisonné à la prison de Vincennes, d'où il sortira grâce à l'entremise de Laurent de Médicis. Il passera les dernières années de sa vie à Florence, retiré du monde, à étudier la Kabbale juive et ses interprétations néoplatoniciennes. Il exercera une influence considérable sur la formation du courant de la «Kabbale chrétienne» qu'illustreront Reuchlin, Trithème, Galatinus ou Agrippa de Nettesheim.

    Sur commande
  • Les 900 conclusions constituent l'un des textes les plus fondamentaux, les plus controversés, et finalement les plus mythiques de l'humanisme.
    Condamné pour hérésie par les uns et devenu bréviaire pour les autres, arraché aux mains de son premier éditeur et brûlé en public pendant quatorze jours consécutifs, ce livre, réimprimé clandestinement, et dont on ne traduisit jamais pendant plus de cinq siècles que le seul titre énigmatique et magistral, dans lequel nul ne prétendrait avancer sans commettre d'erreur et qu'une sorte de crainte superstitieuse nous interdirait presque de toucher, cette récapitulation de tous les savoirs et de toutes les doctrines, fut l'oeuvre d'un jeune homme de vingt-quatre ans.
    Noeud tragique de l'existence fulgurante de pic de la mirandole, les 900 conclusions ont fait de celui que l'imagination populaire et l'émerveillement de ses contemporains ont érigé comme la figure la plus brillante et la plus célèbre de l'humanisme renaissant une sorte d'incarnation du savoir absolu et de la science totale. se prononçant sur des questions logiques, morales ou métaphysiques puis établissant des règles d'interprétation philologique, magique et cabalistique, cette oeuvre opère, par-delà une arithmologie secrète et sacrée, un véritable bouleversement dans l'histoire de la philosophie.
    Bertrand schefer.

  • Commento

    Pic De La Mirandole

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Sur commande
  • L'humanisme est-il cantonné dans la rhétorique ? Ne peut-il avoir qu'un fondement métaphysique ? Le recours aux Anciens est-il le signe d'un manque d'originalité ? Jean Pic de La Mirandole (1463-1494), grand philosophe de la Renaissance italienne, propose sa propre réponse en inventant une nouvelle manière de penser l'essence de l'Homme. La dignité de l'Homme réside dans l'exercice de sa liberté, sa dignité passe toutes les formes d'humanisme, ainsi il est l'image de Dieu.
    Table des matières Présentation par Olivier Boulnois et Giuseppe Tognon -- Préface par Giuseppe Tognon Discours sur la dignité de l'Homme, texte latin et traduction -- L'être et l'un, texte latin et traduction -- Heptaple, exposition septiforme des six jours de la Genèse -- Lettre à Ermolao Barbaro sur le style des philosophes -- Lettre à Laurent de Médicis -- Lettres morales à son neveu Jean-François -- Commentaire du Psaume XV "Garde-moi ô Dieu" Humanisme et dignité de l'Homme selon Pic de La Mirandole par Olivier Boulnois -- Bibliographie -- Index

  • L'oeuvre de Gian-Francesco Pico della Mirandola est toute aussi importante que celle de son oncle Giovanni, quelle prolonge. Son De Imaginatione (1500), ici traduit pour la première fois en français et édité avec l'original latin, est un grand texte de la Renaissance italienne. A la fois héritier d'Aristote, Hippocrate ou Epicure, et précurseur des philosophies classiques des passions, ce traité est l'un des premiers entièrement consacré à 1' imagination. Il articule le scepticisme à une nouvelle anthropologie et ouvre la voie à l'humanisme d'un Montaigne, en montrant que l'imagination est l'instrument de toutes les métamorphoses. Cet humanisme pluriel, qui valorise en l'homme la multiplicité des modes de pensée et de vie, présente aujourd'hui une alternative intéressante à l'humanisme monochrome des droits de l'homme qui prétend donner le ton de toutes les conduites humaines.

empty