• Les femmes fatales, qu'est-ce que c'est ? Un mythe ? Un fantasme ?
    Un monstre pervers ou le reflet de nos désirs ?
    Dans la mythologie, la littérature, le cinéma, la musique, la mode, les femmes fatales ont brillé. Elles ont décidé ce qu'elles voulaient montrer au monde et par cette liberté sont restées modernes à jamais. Aimées des hommes comme des femmes, elle suscitent l'admiration, la peur, la haine ou la passion, mais jamais la jalousie.

  • Qu'est-ce qu'une femme fatale ?
    Un mythe ? Un fantasme ? Un monstre pervers ou le reflet de nos désirs ? Fascinant autant les hommes que les femmes, les fatales suscitent l'admiration, la peur, la haine ou la passion. Moins souvent la jalousie.
    Si elles ont brillé dans l'histoire, la mode et la musique, elles ont pris une dimension incandescente avec le cinéma et illuminent désormais la mythologie contemporaine.
    Le plan : l'histoire de la femme fatale - naissance de la femme fatale dans le cinéma des années 1910 De Theda Bara à A. Gardner, naissance d'un mythe.
    - fatales de la nouvelle vague De B. Bardot à Blondie en passant par C. Deneuve et I. Adjani.
    - que reste-t-il des femmes fatales aujourd'hui ?
    Internet et Instagram sont les lieux d'expression d'une nouvelle génération de femmes fatales. Entretiens et analyses.
    Un bel objet Imprimé sur un papier haut de gamme, ce « petit beau-livre » retrace la chronologie de la femme fatale à travers 70 portraits et une réflexion sur les égéries hitchcockiennes, les héroïnes des sagas télévisées ou encore les James Bond girls.

    Sur commande
  • les yeux plus grands que le ventre, les projets fous, les conquêtes impossibles, don quichotte qui se ramasse...
    c'est cela un bide, un vrai. a ne pas confondre avec le triste échec.
    les bides ont cela de sympathique, c'est qu'ils rendent à nos stars leur dimension humaine. ainsi tous ces films trop ambitieux ou mal marketés, ces opéras rock, ces constructions mentales, ces comédies musicales démesurées qui n'ont pas marché, ces scénarios improbables qui, rien qu'un exemple, imaginent orphée en hard rocker a bandana interprété par francis huster...
    les bides portent souvent en eux bien plus de rêves, d'originalité et, dirais-je, de talent - enfin un certain talent que le banal " success ".
    les bides sont de la chair à culte.
    qui aurait pu imaginer que les américains les plus chics mettraient notre soupe aux choux au même rang que le blob ou les ed wood les plus barrés oe
    les bides c'est du cristal qui se brise, les " gros succès ", c'est souvent que du mousseux pour trinquer.

empty