• Comme nous existons

    Kaoutar Harchi

    Kaoutar Harchi mène dans ce livre une enquête autobiographique pour saisir, retranscrire au plus près cet état d'éveil, de peur et d'excitation provoqué, dit-elle, "par la découverte que nous - jeunes filles et jeunes garçons identifiés comme musulmans, que nous le soyons ou pas d'ailleurs - étions perçus à l'aube des années 2000 par un ensemble d'hommes et de femmes comme un problème." Un livre où l'amour filial et l'éveil de la conscience politique s'entremêlent dans une langue poétique et puissante.

  • Dans la «maison des femmes» où l'on redresse les torts, réels ou supposés, dont épouses, soeurs, ou filles se seraient rendues coupables à l'encontre des lois patriarcales, une jeune fille cherche en vain l'amour de sa mère, enfermée avec elle, et rêve de rejoindre son père. Sur les ravages du désamour et de l'exil intérieur auquel il condamne, une fable cruelle qui pose en lettres de sang la nécessité de la rupture comme condition de toute survie.

    Sur commande
  • Suffit-il d'écrire dans la langue de Molière pour être  reconnu comme un « écrivain français » ? Ou la littérature entretient-elle, en France, un rapport trop étroit avec la nation pour que ce soit si simple ? Amoureuse de sa langue, la France en est aussi jalouse. Pour tous ceux qui l'ont en partage ailleurs dans le monde, elle devient alors un objet de lutte, de quête et de conquête.
    Retraçant les carrières de cinq écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Kamel Daoud et Boualem Sansal), Kaoutar Harchi révèle qu'en plus de ne s'obtenir qu'au prix d'authentiques épreuves, la reconnaissance littéraire accordée aux écrivains étrangers n'est que rarement pleine et entière. Car si la qualité du style importe, d'autres critères, d'ordre extra-littéraire, jouent un rôle important.
    Souvent pensée en termes de talent, de don, de génie, la littérature n'est-elle pas, aussi, une question politique ?

    Sur commande
  • Héritiers maudits d'une féroce répression sexuelle qui s'est exercée trente ans plus tôt et a marqué leurs destins respectifs du sceau de la désespérance, quatre hommes liés par la fatalité du sang traversent la Méditerranée où s'écrit, sous le ciel algérien, l'ultime épisode de leur inconsolable désastre.

    Sur commande
  • Dans la " zone cinglée " de la cité, les mères règnent en maîtres.
    Lasses de pleurer leurs fils consumés par les lumières de la ville-centre, elles se jettent à corps perdu dans une étrange cause : créer une armée d'enfants pour empêcher le souvenir des morts de hanter les vivants. taârouk, 26 ans, balaye les folies qui l'entourent - celle des mères folles de la cité -, celle de sa propre mère défunte, celle de son frère " mangeur d'haltères " dont le seul rêve est d'être un poster.
    Une nuit, il brave le tabou suprême en pénétrant dans la cave : un lieu libre, à la frontière de la cité et de la ville-centre, où les deux mondes entre parfois en collision.

empty