• Robert Muchembled, dans sa Préface, souligne le travail de Hervé Bennezon : « Son enquête est remarquable parce qu'elle inaugure une subtile sociologie policière, conduite au plus près du terrain, fourmillant de détails sur la vie des masses. L'auteur est le premier historien à décrire l'existence et les actions d'un représentant de base de l'autorité, qui arpente inlassablement les rues de la capitale : Jean Poussot (1703- 1791). Né dans une petite ville de province, Tonnerre, d'un père marchand et de la fille d'un tisserand, tous deux alphabétisés, il l'est également.
    [...] Hervé Bennezon révèle de manière vivante et précise toute l'étendue de ses attributions. [...] On découvre ainsi que la vocation de la Sûreté, fortement renouvelée, n'est pas uniquement de surveiller les étrangers, les ennemis du royaume, les espions, ou les gens de passage en contrôlant hôtels et chambres d'hôtes, comme on a parfois pu le dire. S'y ajoutent la surveillance des mendiants, des vagabonds, des bas-fonds de la capitale, dont le monde de la prostitution, et plus encore la chasse aux voleurs.[...] Il reste au lecteur à découvrir ce bel essai d'histoire vue d'en bas, écrit avec autant de talent que de modestie. »

  • Cet ouvrage, fruit d'une thèse de doctorat soutenue à l'Université Paris-Nord, présente un aspect très peu connu et puissamment original de l'histoire de l'influence de Paris sur les villages proches au XVII siècle. L'auteur décrit un lieu extrêmement différent des paroisses provinciales de l'époque, dans la mesure où Paris impose une marque spéciale à ses environs. Sur les pas des notaires royaux et des sergents de la prévôté locale, nous entrons dans les demeures des ruraux qui peuplaient Montreuil-sous-Bois, gros village de 2 500 âmes il y a trois cents ans. Aux marges de la ville, nous découvrons les familles qui travaillaient la vigne ou entretenaient de vastes vergers dont les fruits faisaient l'objet d'importantes transactions avant d'être écoulés sur les marchés parisiens. Coffres et armoires rurales révèlent leurs secrets, dévoilent les objets d'un monde révolu. Les ustensiles de cuisine et les garde-robes d'hommes et de femmes sensibles aux modes venues de la capitale du royaume font aussi l'objet d'une étude méticuleuse. Par petites touches, Hervé Bennezon réalise une fresque, la plus fidèle possible, du quotidien des habitants de Montreuil, dans sa banalité et ses exceptions et nous laisse découvrir la population de la France d'Ancien Régime.

    Sur commande
  • Quand, comment et pourquoi Paris a colonisé sa banlieue.

    La question des rapports entre Paris et sa région se pose depuis des siècles. Avant la Révolution, l'Île-de-France se compose de petits ou de gros villages, et de rares petites villes comme Pontoise et Saint-Denis. Chacun y joue son rôle : Gonesse livre le pain à Paris trois fois par semaine ; Argenteuil, le vin de sa vigne ; Montreuil, ses fruits, notamment ses pêches réputées pour leur qualité ; Montmorency, ses cerises. Villiers-le-Bel fournit la dentelle fabriquée par sa communauté protestante ; Boulogne, le linge lavé et blanchi, etc. En fin de semaine, les Parisiens vont s'aérer dans le joli village de Villiers-le-Bel, l'un de leurs préférés, ou à Montreuil, Écouen, mais aussi Versailles ou Chantilly. La vie y est douce, moins bruyante, plus saine qu'à Paris, gigantesque métropole très sale et polluée.
    Au XVIIe siècle, l'ombre de Paris s'étend sur l'Île-de-France. Pour nourrir une population qui double en un siècle, la capitale joue un rôle essentiel dans l'arbitrage de l'offre et de la demande, imposant ses exigences absolues à tous les acteurs régionaux. Robert Muchembled, dans cet ouvrage collectif novateur, parle ainsi d'une véritable colonisation économique et humaine au siècle des Lumières. Attirés par les mirages parisiens, Franciliens et provinciaux fuyant la pauvreté ou la famine viennent vivre au rythme de cette économie à plusieurs vitesses.
    Archives à l'appui, le livre fait revivre un monde aujourd'hui révolu et témoigne de l'engouement pour la vie aux champs en Île-de-France, ainsi que de l'extraordinaire rayonnement de Paris tant par son influence sur le goût, le confort, le luxe, la sociabilité, qu'en matière de civilisation des moeurs.

    Sur commande
empty