Castor Astral

  • Bruno Blum explore les rapports entre les musiques caribe´ennes et e´tats-uniennes, interde´pendantes depuis des sie`cles. Il analyse les musiques cre´oles, le lien entre la musique et les rites, le jazz et blues des Carai¨bes. Il revient sur la naissance et le de´veloppement des musiques populaires telles que le konpa (Hai¨ti), le calypso (Trinite´), la plena (Porto Rico) ou le quelbe (i^les Vierges). C'est aux Carai¨bes que la fusion entre les musiques d'Afrique et d'Europe s'est ope´re´e, donnant naissance aux musiques caribe´ennes modernes et a` une multitude de rythmes et styles dont le blues, le jazz, le rap, le son ou lla biguine.

    Comprendre la musique ame´ricaine, qui a conquis le monde, c'est aussi connai^tre la musique des Carai¨bes. Les E´tats-Unis ont a` leur tour conside´rablement influence´ les i^les : blues jamai¨cain, jazz cubain, antillais.

  • Ne´ dans les anne´es 1960 a` Kingston (Jamai¨que), le reggae devient rapidement une musique plane´taire dans les anne´es 1970 (gra^ce a` Desmond Dekker, Lee Perry, Gregory Isaacs, Jimmy Cliff, Peter Tosh, Bob Marley & the Wailers, Burning Spear, etc.), synonyme de libe´ration et de re´volte. Une musique a` la fois gaie et re´volutionnaire. Soleil et magie tropicale, herbe et vibration mystique rastafari, mais aussi violence, ghettos et sexisme.

    Bruno Blum retrace une aventure musicale unique en son genre. Il raconte l'extraordinaire histoire et destine´e de la musique jamai¨caine. Si l'on excepte le blues, il est difficile de trouver un genre qui ait davantage influence´ la musique populaire de la fin du XXe sie`cle.

  • Décédé fin 2013, Lou Reed était une icône essentielle du rock. Fondateur, avec John Cale, du Velvet Underground que rejoindra Nico, il peut être considéré comme l'inspirateur du mouvement punk et d'une grande partie des musiques actuelles. En 1972, son célèbre " Walk on the Wild Side " réalisé avec David Bowie l'a fait connaître tardivement.
    Lou Reed a très tôt incarné un concentré des pires cauchemars de l'Amérique des années 50 et 60. De la Beat generation à l'avant-garde sauvage il a été avec Bob Dylan le premier à composer le rock sous un angle littéraire et à aborder des thèmes adultes : homosexualité, travestis, drogues dures, sado-masochisme, prostitution, déchéance, provocation, subversion, violence et scandale de " Heroin " à " Sweet Jane ", puis de Berlin à Kicks et Metal Machine Music. Maître du réalisme appliqué à la chanson, personnage cyclothymique alternant dureté et douceur, détachement glacial et grande sensibilité, après avoir donné une nouvelle envergure au rock l'autodestructeur Rock 'n' Roll Animal décida de survivre à son mythe faustien et tenta de renégocier son âme. Il traversa une période de rédemption culminant avec l'album New York, puis ce fut la transcendance après son mariage avec l'artiste Laurie Anderson et le succès de Perfect Day.
    Premier livre consacré à Lou Reed en France, cette édition définitive revue et augmentée retrace les étapes de ce parcours initiatique. Complétée après le récent décès du chanteur, elle rassemble anecdotes, historique et entretiens, citations de Reed et de ses proches. Lou Reed - Electric Dandy analyse l'oeuvre en détail titre par titre, de " So Blue " (1958) à " Lulu " (2011). Il est une mine d'informations sur l'émergence de la culture rock et d'une nouvelle conscience dans le monde occidental.

  • Selon une idée convenue, le rap serait né à New York. Or ses origines jamaïcaines et ses premiers succès internationaux, bien avant les tubes américains, étaient jusqu'ici presque passés sous silence. Ils sont enfin ici expliqués en détail. Ce livre provocateur met à mal une surprenante déformation de la réalité historique.
    Les précurseurs essentiels du rap dans le Bronx sont d'ailleurs deux
    Jamaïcains : Kool Herc, dès 1973, et Coke La Rock, à partir de 1975. C'est lors de leurs célèbres soirées que le hip hop est né, avec parmi le public de futurs grands noms du genre, comme Grandmaster Flash, lui aussi Antillais, ou Melle Mel. La pratique du rap sur des disques instrumentaux remonte à 1950 en Jamaïque. Ce livre rend enfin justice à des artistes jamaïcains comme King Stitt, U Roy ou Dillinger, dont le " Cocaine in my Brain " fut un succès international dès 1976. L'immense contribution
    de la Jamaïque à la musique populaire mondiale ne doit plus être victime de la désinformation du géant américain.


empty