Autrement

  • Tel-aviv fête ses 100 ans en 2009.
    Ville adolescente, ville brouillon, elle ne cesse de bouger - de s'étendre, de creuser, de s'élever-, au point de changer de teint, sinon de visage d'année en année. d'une certaine manière, la ville annonce israël. elle se débat avec ses hantises, cultive ses contradictions, couve ses rêves. elle dit le meilleur et le pire ; l'engagement et le désengagement; le bouillonnement et la lassitude. ville alternative par excellence, tel-aviv ne cesse de vibrer.
    Elle est le cimetière de l'ancien juif et le berceau de l'hébreu nouveau. de cette énergie débordante, une trentaine d'acteurs témoignent dans ce livre. militants, artistes, fêtards, journalistes, poètes, rabbins, avocats, pêcheurs, ils brossent un portrait de la ville : résistante, rêveuse, créative, théâtrale. sans répit.

  • Le parti pris - et le pari pour une mégapole comme Le Caire ! - est de présenter acteurs et expériences engagés dans des démarches qui s'inscrivent dans le développement durable.
    Le contexte est difficile : 0,3 m2 d'espaces verts/hab., pollution record, congestion, mal-logement, pression démographique qui se maintient, ressources en eau sous tension.
    La société civile se mobilise pour non seulement résoudre ces problèmes cruciaux, mais aussi innover.
    Le livre est divisé en 5 séquences de 4 entretiens.
    1. Planifier " la victorieuse " (al qahira) : à l'épreuve du nombre : la stratégie Grand Caire 2050, l'idée d'"harmonie urbaine", repenser l'approche "ville nouvelle".
    2. Réseaux et environnement : mobilités nouvelles, gestion des déchets 3. Eco-construction : les premières expériences 4. Culture, web et ONG : naissance d'un activisme environnemental 5. (Re)nouer avec la nature (et le vivant) dans une mégapole surpolluée

  • Créativité, impertinence, drôlerie, cosmopolitisme, engagement Bruxelles mêle art de vivre et effervescence. Petite capitale devenue coeur de l'Europe, ni flamande ni wallonne, elle s'est enrichie de ses identités multiples et a réussi à coudre un véritable patchwork culturel et ethnique. De son bric-à-brac urbanistique, de sa modestie, elle a fait une force, faite d'innovation et d'anticonformisme. Vingt-sept vecteurs de cette énergie débordante témoignent dans cet ouvrage. Les artistes mélangent, les architectes recyclent, les militants secouent, les designers subliment, les médiateurs sociaux bricolent chacun apporte une touche fantaisiste au portrait d'une ville où l'avant-garde est partout conjuguée avec humilité. Sans presque le vouloir, Bruxelles capte les regards, ville offerte, ville ouverte.

    Sur commande
  • Madrid, c'est d'abord quelques évidences : le centre géographique du pays, la quintessence de la culture espagnole, le bruit des grandes avenues et la ferveur des nuits. Pourtant, la capitale espagnole vit actuellement une mutation sans précédent. Après l'explosion de liberté qui suivit la mort de Franco, la belle s'était quelque peu assoupie. Depuis les années 2000, elle se régénère : des quartiers entiers sont réhabilités, des gratte-ciel immenses s'érigent, des fondations réactivent la création artistique. Les étrangers viennent mettre un peu de cosmopolitisme dans ce bastion de Castille, et les touristes rechercher la chaleur de ses troquets. A la fois civilisée et chaotique, Madrid se cherche. « Si estas en Madrid, eres de Madrid » : « Si tu es à Madrid, tu es de Madrid », ont coutume de dire les Madrilènes. Les personnes interviewées dans ce livre - architectes, militants, écrivains, artistes, etc. - nous accueillent dans leur ville. Et Madrid devient un peu la nôtre.

    Sur commande
  • Au milieu de son ouest péninsulaire, Rennes pourrait se sentir seule.
    A ce risque d'excentration, la ville répond par une surenchère d'excentricité. Contre cet éloignement, elle sécrète des contre-poisons, multipliant les liens en inventant des façons toujours nouvelles de vivre ensemble. C'est peut-être là que réside le secret d'une cité à la fois innovante et provinciale, compétitive et tranquille, bretonne et cosmopolite. Rennes en mouvement propose un état des lieux de la scène culturelle et sociale rennaise à travers une série d'entretiens

  • Bucarest est impatiente : impatiente de faire oublier au monde les images de la dictature, de la misère et de l'effroi, impatiente de devenir une capitale européenne à part entière, avec son entrée dans l'Union européenne en 2007, impatiente de découvrir pleinement la démocratie, impatiente, enfin, de faire entendre ses voix, multiples, sonores, vibrantes.
    Rencontre avec 24 personnalités de premier plan, ce livre comble enfin cette attente. Soucieuse de se reconstruire, Bucarest accueille des militants qui enquêtent sur son passé, tentent de panser les blessures, de faire entendre la diversité. La ville est bruissante de jeunes cinéastes, d'écrivains, de musiciens, de danseurs, d'acteurs, qui portent sur elle un regard à la fois tendre et impertinent, pour qu'il ne soit désormais plus permis d'affirmer : "A l'Est, rien de nouveau."

  • Fin des années 1990. Nantes s'autoproclame capitale du rêve et devient une ville à la mode. Au moment où ferment les chantiers navals, qui rythmaient la vie de la cité depuis des siècles, elle vit un incroyable embrasement culturel. Des Allumées à La Folle Journée, les nuits folles cimentent la cité, la culture redonne le moral à la ville et des couleurs à l'économie. Aujourd'hui, le moment est venu pour Nantes, non de se trouver un second souffle, mais de se demander ce qui la fait courir. À leur manière, trente acteurs de la vie culturelle apportent dans cet ouvrage quelques réponses. Créateurs de renom, comme Royal de Luxe, Jean Rouaud ou Jean Blaise, rappeurs, plasticiens ou comédiens moins célèbres, tous tentent de percevoir en quoi leur activité concourt à tisser ce que l'on appelle le lien social. Culture paillettes, cultures du travail, cultures urbaines ? Les Nantais s'interrogent et nous questionnent. Thierry Guidet est le créateur de Place publique, une revue de réflexion et de débat sur les questions urbaines. Il a auparavant dirigé la rédaction nantaise de Ouest-France et participé à l'équipe de direction de l'École supérieure de journalisme de Lille. Il est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages, dont une moitié consacrée à Nantes. Photographies de Michel Plassart.


  • Au premier abord, Johannesburg déroute. Une impression de vide domine. Son âme ? Fragmentaire, fondée sur la séparation totale, réussie, achevée et persistante, malgré les enclaves de mixité. Quatorze ans après la fin de l'apartheid, la société " arc-en-ciel " appelée de ses voeux par le prix Nobel de la paix Desmond Tutu a-t-elle enfin vu le jour ? Comment gérer l'expansion d'une mégalopole africaine qui a si longtemps vécu sur le mode de la ségrégation entre banlieues riches et blanches et townships noirs miséreux ? Quelles sont aujourd'hui les énergies à l'oeuvre dans celle que l'on considère comme l'une des cités les plus dangereuses au monde ? Johannesburg, ville neuve, n'a jamais voué de culte particulier au passé. Elle est à présent résolument tournée vers l'avenir. En témoignent les personnalités interviewées dans ce livre - écrivains, architectes, entrepreneurs ou artistes -, Noirs et Blancs... en couleurs.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Réconcilier la nature et la ville.
    Faire face au changement climatique. Imaginer, à l'échelle locale, d'autres voies de développement. Une utopie ? Un rêve certes. Mais de ceux qui semblent si réels qu'on croit les toucher du doigt au réveil. A Stockholm, à Bologne, à Grenoble, des âmes libres ont osé y croire. Pendant de longs mois, Cyria Emelianoff et Ruth Stegassy ont arpenté l'Europe en train, en bus, en ferry, pour recueillir la mémoire de ces pionniers, capables de mettre toute leur énergie dans la transformation d'un modèle qu'ils pensent profondément inadapté au monde qui vient.
    Loin de se contenter de repeindre le bitume en vert, ils inventent de nouvelles manières de produire et d'utiliser l'énergie. Ils imaginent de nouvelles manières d'habiter, de se mouvoir, écologiques, certes, mais surtout plus humaines. En un mot : conscientes. Et si la ville durable était tout simplement la ville apaisée ?

    Sur commande
  • Un mot pourrait-il définir à lui seul le Pays royannais ? Quel terme pourrait résumer un territoire aussi complexe que cette large langue de Saintonge étirée entre le plus grand et le plus petit estuaire d'Europe ? Plaines agricoles et vignes du canton de Cozes, marais et parcs ostréicoles de la presqu'île d'Arvert ou de Marennes et, évidemment, plages de Saint-Georges-de-Didonne à la Côte sauvage.
    Au milieu de ces trésors, Royan, ancienne perle Belle Epoque devenue joyau moderniste. A la belle saison, la population de la région est multipliée par six. Les touristes profitent de la douceur du climat et des nombreux loisirs qui leur sont offerts. Ceux-là n'auront qu'effleuré la surface des choses. Pour ceux qui s'en donnent la peine, en revanche, la récompense est grande. Le Pays royannais, celui qu'on apprend à découvrir au-delà des apparences, reste ancré dans les mémoires, patchwork d'images, de senteurs, de saveurs dont on ne veut plus se détacher.
    Historiens, gens de mer ou organisateurs de festivals, vingt-trois personnalités en témoignent dans cet ouvrage.

  • Quand on arrive à Bondy, on cherche les cités, leurs tours délabrées.
    Il y en a. Et aussi des meulières pimpantes, des loggias en bois flambant neuves et des immeubles d'architectes. On cherche l'autoroute, le bruit et les pots d'échappement. Ils sont là. Et aussi des ruelles paisibles, des squares où résonnent les rires des enfants et un canal. On cherche des parents au chômage, des jeunes désoeuvrés sur des bancs. Il y en a. Et aussi la maîtrise de Radio France, une prépa Sciences po et un hôtel d'entreprises.
    Engagée dans une mue sans précédent, issue d'un projet ambitieux de rénovation urbaine, Bondy ne veut pas d'une peau nouvelle, superficielle et clinquante. Elle cherche à se transformer en profondeur, alliant réhabilitations, constructions et refonte du centre-ville. Surtout, Bondy place l'excellence éducative et te développement économique au coeur du projet. En un mot : l'humain. Ce livre donne la parole aux Bondynois, témoins et acteurs du changement.
    Des habitants relogés aux Bondy-blogueurs, des artistes aux associatifs, tous disent leur attachement et leur envie de voir les regards changer sur eux, sur leurs lieux de vie. A Bondy, on cherche une banlieue. On découvre un village.

    Sur commande
  • C'est à Porto, du temps des Romains, qu'est né le nom du Portugal.
    C'est à Porto, au XVIIIe siècle, qu'est né le négoce de ce vin qui fit la renommée du pays. C'est à Porto, au début du XXe siècle, que sont nés les idéaux républicains de 1910. Puis vint la dictature, la misère économique, et Porto sombra dans l'oubli, dans les regrets et dans l'exil, entre fado et vieilles pierres, témoins de sa splendeur passée. Après la révolution des oeillets, l'entrée dans l'Europe, au patrimoine mondial de l'Unesco, la nomination comme capitale européenne de la culture en 2001, Porto veut faire de l'ouverture aux nouveaux courants artistiques et musicaux son atout majeur.
    Désormais à portée de low cost des capitales européennes, la ville s'est attelée à la tâche de restaurer son centre historique délabré. Elle a cessé de pleurer sur son sort et retrouvé la volonté de ne plus attendre que ses problèmes soient résolus ailleurs. Une vingtaine de personnalités en témoignent dans ce livre : entre poètes et bâtisseurs, Porto acquiert une nouvelle identité, une nouvelle âme.

    Sur commande
  • Trois-quarts de Toulousains venus d'ailleurs, 20000 nouveaux venus chaque année : l'aire urbaine toulousaine est celle qui se développe le plus vite en France. Toulouse ville rose, où l'on parle rugby, où l'on cultive l'accent, où l'on mange du cassoulet, où l'on s'ensoleille aux terrasses... certes. Mais aussi terre d'accueil des Italiens antifascistes, des républicains espagnols, des rapatriés d'Afrique du Nord, des immigrés portugais et maghrébins, des étudiants africains, des réfugiés afghans, des Allemands d'Airbus ou des Parisiens en quête de qualité de vie. Dans cet ouvrage, Mouss, le chanteur de Zebda, Guy Novès, l'entraîneur du Stade toulousain, ou Kader Arif, député européen, témoignent d'une diversité active. Au fil des rencontres, se dessine le portrait d'un village-monde, où le vivre ensemble n'est pas un vain mot, une ville à découvrir, au fil de promenades au coeur de la Toulouse arabe, latino ou anglo-saxonne. Pour tous les nouveaux venus, parfois un peu perdus, pour tous les anciens en quête d'un oeil neuf sur leur ville, une plongée dans la Toulouse d'ailleurs, la Toulouse d'aujourd'hui.

    Sur commande
  • Une trentaine de portraits pour saisir les mutations de la capitale coréenne, entre miracle
    économique, créativité artistique, tradition revisitée et enjeux urbanistiques.
    Nouveaux acteurs sociaux et représentants de la société civile
    Choe Yeol, activiste écologiste - Jay, Patron de bar gay - Bae Jeong-min, PDG de Chamchamcham
    (livraison de repas) - Park Sang-jung, fondateur du PSPD, mouvement de citoyens « Participation
    et solidarité » - Kim Gi-don, pasteur d'un quartier de bidonvilles - Kim Dong-won, réalisateur de
    documentaires sociaux.
    Créateurs et artistes : au-delà de la « vague coréenne » oe
    Jeong Hoon et Kim Nam-jin, photographes - Won Jeong-hee, patron d'un bar alternatif - Choi Hocheol,
    dessinateur, Seo Jin-seok, directeur de l'espace culturel alternatif LOOP - Greenzip, collectif
    d'artistes.
    /> Quand la vague coréenne croise les vagues japonaises et occidentales de la
    mondialisation
    Mihee Nathalie Lemoine, artiste activiste pour les droits des adoptés en Corée - Hank Kim, PDG de
    Seoul Selection, librairie internationale sur la Corée - Yoo Jin-seok, patron d'un bar « japonais » -
    Ham Jin, artiste plasticien - Jeon Du-hyeon, Jeune artiste multimédia - Yoon Dae-geun, attaché de
    presse du groupe Nexxon, inventeur du jeu vidéo en ligne - Kim Dong-ju, PDG de Show East,
    maison de production cinématographique.
    Innovation urbaine et architecturale
    Jang Yeong-hee, responsable du projet de nouvelle « ville » technologique - Jeon Si-hyeong,
    Architecte, décorateur d'intérieur et artiste - Baek Seung-man, Responsable de projets - Kim Jinae,
    Architecte, urbaniste - Kim Mi-suk, responsable de la maison du futur de Samsung.
    La tradition revisitée
    Kim Gyeong-ja, patronne du restaurant Noejo, nouvelle cuisine coréenne - Lee Yeong-hee,
    créatrice de mode - Ahn Eun-mi, danseuse et chorégraphe

  • Au début des années 1980, Roubaix aurait pu mourir, quand la crise s'est jetée sur elle à coups de boutoir qui avaient noms délocalisation, paupérisation et insécurité.
    C'était sans compter avec le dynamisme de la ville du textile triomphant, inventrice de la vente par correspondance, de la grande distribution, du 1 % logement et de la gestion paritaire. Au début des années 2000, Roubaix crée l'événement en établissant la zone franche ka pus dynamique de France, en réhabilitant son patrimoine industriel oublié, en ouvrant avec succès un musée dans une ancienne piscine Art déco, en inventant un modèle d'intégration.
    Il a fallu quinze ans pour renverser la vapeur, la volonté des politiques, mais avant tout, celle des Roubaisiens, avec leur coeur gros comme ça et leur envie d'entreprendre : artistes, travailleurs sociaux, entrepreneurs ou militants, qui ont osé au moment où personne n'y croyait plus. Parmi eux, les 28 personnalités de cet ouvrage, qui tracent le portrait d'une ville-monde à la fierté retrouvée.

  • Saint-Étienne change. Les façades s'embellissent. De belles constructions s'érigent. La ville n'avait pas connu pareille révolution urbaine depuis les années 1960 et la vogue des grands ensembles. Les apparences changent, mais les Stéphanois restent. Les murs ne sont rien sans les habitants qu'ils abritent et le territoire ne mutera pas sans eux. Plutôt que de regarder la façade, les auteurs de cet ouvrage ont voulu entrer dans la maison, à la rencontre de 22 de ces habitants. Au Medef, un quinqua oeuvre pour l'intégration des personnes issues de l'immigration dans l'entreprise. Au tribunal, une avocate prend fait et cause pour ses clients sans se soucier des honoraires en fin de mois. Au stade, dans le monde du foot-business, un président parie, à fonds perdus, sur l'avenir de son club. Sur Radio Dio, un animateur-journaliste choisit ses artistes sans penser à l'audimat. Au coeur de la cité Séverine, promise à la démolition, deux femmes continuent à assumer la charge d'un magasin associatif, "pour rendre service"... Généreux. L'adjectif, à tous, leur va comme un gant.

  • Amman a beau dérouler de colline en colline ses immeubles de pierre ombragés de pins, d'oliviers et d'eucalyptus, elle est mal aimée.
    Trop de concurrentes éclipsent sa beauté discrète : Damas, Beyrouth, Jérusalem, autant de cités qui savent devancer les attentes du voyageur en Orient par un imaginaire qu'Amman n'est jamais parvenue à construire. Et pourtant, elle est un véritable symbole de la région. Ville de migrants, ville-refuge, havre de paix, elle se révèle complexe et attachante, comme le Moyen-Orient. Du centre-ville délaissé aux quartiers en pleine réhabilitation, des camps de réfugiés aux banlieues luxuriantes et des zones d'habitat aux quartiers d'affaires, Amman déploie ses contradictions, mais ses habitants parviennent aujourd'hui à en tisser l'identité, autour des luttes communes et de la création collective.
    En témoignent les 27 personnes rencontrées dans ce livre : militantes pour les droits des femmes, architectes ou activistes culturels.

  • Rues, ruelles, venelles, chemins, impasses, passages, escaliers partent, impitoyables, à l'assaut des collines, dans une ascension heureusement ponctuée de places et de belvédères. On se penche aux miradors surplombant la ville comme au bastingage d'un énorme paquebot qui serait amarré à l'Europe, hésitant entre l'attente et l'appareillage. Au-delà du " charme de l'imparfait " du centre historique ou de la mélancolie du fado, Lisbonne a aujourd'hui hâte de prendre le large. Rénovation urbaine, invention musicale, métissage, nouvelle place pour les femmes, Lisbonne puise dans ses racines et dans ses doutes l'élan de la réflexion et de la création. Une vingtaine de ses concepteurs de grands projets ou de ses urbanistes-acupuncteurs, de ses passeurs de générosités, de ses agents de liaison, de ses récupérateurs de vies, de ses faiseurs d'artistes, témoignent dans cet ouvrage de l'impatience d'une modernité multicolore.

    Sur commande
empty