Michel Pinçon

  • les discours sur l'effort individuel récompensé par le marché, sur les créateurs d'entreprise nouveaux maîtres du monde, sur les investisseurs institutionnels ou sur la démocratisation des placements financiers escamotent l'existence de la bourgeoisie.
    pourtant, aucun milieu social ne présente à ce degré unité, conscience de soi et mobilisation.
    ce livre lève un coin du voile qui recouvre ses mystères et montre ce qui constitue en classe ce groupe apparemment composite. la richesse de la bourgeoisie est multiforme, alliage d'argent, de culture, de relations sociales et de prestige.
    comment les bourgeois vivent-ils ? comment sont-ils organisés ? la bourgeoisie est-elle menacée de disparition ? dans quelles conditions ses positions dominantes se reproduisent-elles d'une génération à l'autre ? quel est le rôle des lignées dans la transmission de ces positions ? la bourgeoisie est-elle la dernière classe sociale ? c'est notamment à ces questions sur cet univers méconnu et qui préférerait le rester que répond ce livre rigoureux et accessible.

  • Soudain, ils sont devenus riches. Très riches. Millionnaires. Et ce fut par le seul fait du hasard. Eux, ce sont les grands gagnants du Loto. Pour la première fois, la Française des Jeux a permis à des sociologues d'avoir accès à eux. Pour la première fois aussi, ces gagnants ont accepté de participer à des entretiens approfondis. Ce qu'ils disent, c'est une vie bouleversée, c'est la joie, mais ce sont aussi les questions, des dizaines de questions, qui touchent à la famille et aux amis, au travail, à l'argent, au changement de vie, aux rêves à réaliser. Et par-dessus tout, celle-ci, parfaitement résumée par les auteurs : " Au-delà de l'émerveillement, de l'enchantement comparables à ceux de l'enfant découvrant le monde, les gagnants ont à devenir riches, ce à quoi leur éducation ne les a pas préparés. Le gagnant a définitivement gagné lorsqu'il a été gagné par son gain. Comme le marin doit s'amariner avant d'avoir le pied marin. Le gagnant est pris de court. Il lui faudra du temps pour devenir ce qu'il n'est pas de naissance. " Comment apprivoiser la richesse soudaine : tel est finalement l'un des grands thèmes de cet essai qui, au-delà des portraits de gagnants qu'il propose, est le premier à analyser en profondeur et à mettre en perspective cette forme de richesse. La réputation des auteurs, et le fait que la Française des Jeux soit associée à la promotion du livre, font également de cette parution un événement.

  • Que devient l'existence quotidienne de familles ouvrières confrontées à la désindustrialisation et aux mutations technologiques ? Quel peut être le rapport au passé et à l'avenir de travailleurs dont les conditions de vie sont ainsi bouleversées ? L'exemple de Nouzonville, dans la partie ardennaise de la vallée de la Meuse, est riche d'enseignements. On y travaille le fer depuis des siècles. On retrouve la trace de familles actuelles, ouvrières ou patronales, jusque sous le règne d'Henri IV. L'enracinement dans les traditions professionnelles et les traditions locales peut-il survivre à la déqualification et à la fermeture des entreprises ? N'assiste-t-on pas, au-delà de la disparition des métiers et de la raréfaction des emplois, à la dilution de l'identité même d'une région et de ceux qui y vivent ?

  • Entre Trocadéro et Monceau, Neuilly et Passy, vivent les grandes familles. Dans ces quartiers de l'Ouest parisien se concentrent les héritiers des lignées aristocratiques et des vieilles dynasties bourgeoises. L'élite sociale vit entre elle au rythme de ses rites. Pendant deux ans, les auteurs ont parcouru les beaux quartiers, interrogé les représentants de ces groupes privilégiés. Grâce à une enquête fouillée et minutieuse, ils en révèlent la vie quotidienne, racontent les rallyes pour adolescents, pénètrent les cercles très fermés. Par ce voyage ethnologique, ils dévoilent un monde d'ordinaire interdit aux profanes. Ils expliquent finalement pourquoi le gotha se rassemble dans un ghetto.

  • Entre Trocadéro et Monceau, Neuilly et Passy, vivent les grandes familles. Dans ces quartiers de l'Ouest parisien se concentrent les héritiers des lignées aristocratiques et des vieilles dynasties bourgeoises. L'élite sociale vit entre elle au rythme de ses rites. Pendant deux ans, les auteurs ont parcouru les beaux quartiers, interrogé les représentants de ces groupes privilégiés. Grâce à une enquête fouillée et minutieuse, ils en révèlent la vie quotidienne, racontent les rallyes pour adolescents, pénètrent les cercles très fermés. Par ce voyage ethnologique, ils dévoilent un monde d'ordinaire interdit aux profanes. Ils expliquent finalement pourquoi le gotha se rassemble dans un ghetto.

  • Les immigrés et les HLM Nouv.

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les immigrés et les HLM Nouv.

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les belles adresses parisiennes des grandes familles fortunées attisent la convoitise des sièges sociaux d'entreprises, des commerces de luxe, des ministères et des ambassades.


    Après les Grands Boulevards au siècle dernier, cette transformation des quartiers résidentiels prestigieux en quartiers d'affaires se poursuit dans le " Triangle d'or " du VIIIe arrondissement. Colons poussés vers les terres vierges de l'Ouest par la rapacité des nouveaux arrivants, même les familles de la haute société ne sont pas de taille à s'opposer aux forces qui travaillent la ville.

    Ainsi les Champs-Élysées connaissent-ils la lente mais inexorable " dévalorisation " d'un tissu urbain saturé.
    Un nouvel urbanisme d'affaires apparaît, dont le futurisme conquérant de La Défense offre l'exemple le plus achevé.

    Les auteurs ont mené l'enquête en interrogeant les chiffres mais surtout les acteurs, des vieilles familles aristocratiques ou bourgeoises aux concierges, des grands couturiers et joailliers aux directeurs de " fast-food ". Joignant la rigueur du travail scientifique au plaisir de la découverte urbaine, ils nous invitent à une véritable promenade sociologique sur les plus célèbres avenues de Paris.

  • On ne présente plus Monique et Michel Pinçon-Charlot, célèbres sociologues spécialistes des inégalités sociales.Livres, BD, documentaires jeunesse... tous les moyens sont bons pour vulgariser leurs travaux !

    Kapital ! est bien plus qu'un jeu de société, c'est tout simplement le premier jeu de sociologie critique. Il permet de comprendre d'appréhender et même d'expérimenter les mécanismes sociologiques de la domination, avec un jeu de plateau aussi drôle que palpitant, mis en image par le dessinateur Etienne Lécroart.

    En famille ou entre amis, de 9 à 99 ans, un jeu à mettre entre toutes les mains pour voir le monde tel qu'il est... et avoir envie de le changer !

    Alors à vous de jouer, pour tenter de gagner... la guerre des classes !

  • Fermetures d'usines, licenciements... Sur fond de crise, la casse sociale bat son plein : vies jetables et existences sacrifiées. Mais les licenciements boursiers ne sont encore que les manifestations les plus visibles d'un large phénomène : l'intensification multiforme de la violence sociale des dominants. Dans ce guide pratique à l'usage des dominés, les auteurs décryptent l'arsenal de cette violence de classe, de cette brutalité feutrée, de ses codes et de ses stratagèmes. Mêlant récits vécus, micro-enquêtes, faits d'actualité, portraits et données chiffrées, les deux sociologues dressent le tableau d'un véritable pilonnage des classes populaires ... un monde social fracassé, au bord de l'implosion.

  • Avec clarté, pédagogie et humour, Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, célèbres sociologues passés maîtres dans l'art de décortiquer les inégalités, expliquent les mécanismes et les enjeux du monde social. Cette opération de dévoilement permettra aux jeunes (et aux moins jeunes) lecteurs et lectrices de dépasser le stade du ressenti pour accéder à la compréhension des déterminismes sociaux qui entrent en jeu : les riches, les pauvres oui, c'est injuste... mais pas seulement !

    Pourquoi les riches sont-ils toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres ? s'attaque aux mécanismes de la domination sociale. Qu'est-ce qu'une classe sociale ? À quoi reconnaît-on les riches ? Que font-ils avec leur argent et pourquoi ne le partagent-ils pas avec ceux qui manquent de tout ? A-t-on besoin des riches ? 20 questions pour rendre compte d'une réalité sociale complexe sont croquées ici avec finesse et humour par l'illustrateur Etienne Lécroart.

    Un essai jeunesse et grand public exceptionnel pour aiguiser l'esprit critique et donner envie de changer le monde !

  • « Macron, c'est moi en mieux », confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après Le Président des riches, les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d'enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France. Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du président sur « ceux qui ne sont rien », les auteurs documentent la réalité d'un projet politique profondément inégalitaire. Loin d'avoir été un candidat hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les cadeaux aux plus riches : suppression de l'ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l'exit tax, pérennisation du crédit d'impôt pour les entreprises... Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un « pognon de dingue » alors même que les classes populaires paient la facture sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de faux-semblant en matière de politique écologique. Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l'entourage, ce livre fait la chronique édifiante d'une guerre de classe menée depuis le coeur de ce qui s'apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle.

  • Qui dit grandes fortunes ne dit pas seulement argent. Lorsqu'elles sont anciennes, les fortunes économiques et financières sont aussi synonimes de culture et de sociabilité ; elles se trouvent au coeur des réseaux très denses, familiaux et extra-familiaux, aux ramifications internationales et aux échanges intenses, si bien qu'elles sont, en quelque sorte, mises en commun. Entretiens avec des représentants de ces familles, observations dans les lieux chics de la France, les châteaux et les villas balnéaires, recours aux informateurs les plus divers, des directeurs de palaces aux gestionnaires de fortunes privées : les auteurs ont soigneusement démonté les rouages de cette cumulativité des fortunes et de cette quasi collectivisation chez les possédants? Un classique de la sociologie.

  • "Les yeux dans les yeux", Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget, avait assuré ne pas avoir de comptes en Suisse... Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues, sont spécialistes de la classe dominante. À la faveur du procès Cahuzac, ils décrivent comment la classe au pouvoir, sans distinction de couleur politique, se mobilise pour défendre l'un des leurs et le système organisé de la fraude fiscale.

  • Voici quinze itinéraires insolites, nostalgiques, métissés, conçus spécialement par deux célèbres sociologues pour donner à comprendre Paris dans sa diversité et faire partager un peu de la vie des habitants de chaque quartier.
    Du Sentier à la rue Oberkampf, des villas de luxe au quartier de la Bibliothèque de France, du métro aux portes de la capitale, ces promenades commentées sont agrémentées de plans et de photographies, et proposent différents angles sociologiques : la mobilité, l'immigration, l'embourgeoisement, le rapport à la banlieue, les transformations architecturales.

  • Le célèbre couple de sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot livre ici une dénonciation impitoyable de la complicité des gouvernements avec le destructeur Dieu Argent. Fidèles à leur méthode rigoureuse, ils démontrent, preuves à l'appui, comment l'argent s'est transformé en une arme de destruction massive aux mains d'une aristocratie de l'argent qui fraye intensément avec celle du pouvoir. À l'heure du « Fillongate », de la violence délirante de Trump, de l'arrogance de Marine Le Pen face à la justice, ou de la mondialisation du droit de polluer à coups de « crédits carbone », l'indignation sociologique des Pinçon-Charlot est indispensable.

  • Depuis dix ans, la bourgeoisie a connu des bouleversements liés notamment au pouvoir grandissant de la finance sur l'industrie, la politique et les médias. Quelles en sont les conséquences sur les différentes formes de richesse, l'argent, la culture, les relations sociales et le prestige qui caractérisent cette classe sociale ?
    Les modes de vie des grands bourgeois ont-ils changé ? Dans quelles conditions leurs positions dominantes se reproduisent-elles de génération en génération ? Quel est le rôle des dynasties familiales dans cette transmission ? La bourgeoisie, face à la montée des inégalités économiques et sociales, est-elle consciente de leurs conséquences sur les peuples ? Est-elle la dernière classe sociale ? La mobilisation pour la défense de ses intérêts exige des liens de plus en plus étroits avec les politiques. Peut-on parler d'une oligarchie ?
    C'est à ces questions sur cet univers encore trop méconnu et qui préférerait le rester que répond ce livre rigoureux et accessible.

  • Soudain, ils sont devenus riches. Très riches. Millionnaires. Et ce fut par le seul fait du hasard. Tout s'emballe : une vie bouleversée, c'est de la joie, mais aussi de multiples questions touchant à la famille et aux amis, au travail, à l'argent, aux rêves à réaliser. On ne les y a pas préparés, les gagnants doivent apprendre à être riches ! Comment apprivoiser la fortune subite ? Quels sont les impacts ? Cet essai est le premier à analyser en profondeur et à mettre en perspective cette forme de richesse. Pour la première fois, la Française des Jeux a permis à des sociologues d'entrer en contact avec des grands gagnants du jeu Loto. Pour la première fois aussi, ces gagnants ont accepté de participer à des entretiens approfondis.

    Sur commande
  • 16 mars 2016, la réunion de présentation d'un centre d'hébergement dans le très chic et très riche XVIe arrondissement de Paris tourne à l'émeute !
    Pour protester contre cette intrusion de la réalité sociale du pays dans leur havre de paix et de prospérité, les grands bourgeois du XVIe se comportent comme les « racailles inciviques et violentes » qu'ils sont si prompts à dénoncer.
    Les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot tirent les fils et analysent les enjeux de cet événement : entresoi, sentiment de propriété des riverains du bois de Boulogne, cynisme, violence de classe et conception très particulière de la solidarité.
    Les dessous sociologiques du XVIe arrondissement de Paris sont dévoilés par cette passionnante enquête, alternant analyses sociologiques et reportage dessiné.

  • Paris s'embourgeoise. Les richesses et les pouvoirs s'y concentrent. Si tous les Franciliens ne peuvent habiter dans la capitale, résider à Paris ne peut être réservé aux seules familles fortunées sans redoubler symboliquement les inégalités. La diversité du peuplement de la capitale en fait, toujours, un lieu d'expression des différences sociales et des cultures du monde. Cette Sociologie de Paris entend restituer cette richesse et donner les clefs de lecture d'une vie foisonnante, mais menacée.

  • Qu'est-ce que la richesse ? Peut-on être riche sans avoir beaucoup d'argent ? Quelles sont les différences entre le socialisme et le communisme ?
    Quelle valeur donner au travail ? Quel rapport entre éducation et richesse ? En quoi la richesse peut-elle être violente ?
    Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon abordent toutes ces questions - et bien d'autres - de façon extrêmement accessible, dans cet échange avec un adolescent avide de comprendre le monde qui nous entoure. Les deux chercheurs nous invitent à aller à la rencontre de l'essentiel de leur pensée et la restituent avec clarté et concision. Il en résulte un entretien original, exigeant, admirablement souligné par le trait incisif de Pascal Lemaître.

  • Comment vivent les familles fortunées ou moins fortunées de ce que l'on appelle la grande bourgeoisie et l'aristocratie française ? Quels sont leurs réseaux de relations, leurs codes de reconnaissance et d'appartenance à ce milieu social ? L'originalité de l'ouvrage tient aux dix années d'enquêtes et d'entretiens dans cet « espace social ». C'est aussi une analyse du regard que ces familles portent sur elles-mêmes à travers les divers articles qu'elles suscitent dans les médias. Les auteurs expliquent la pratique des entretiens, l'observation, et l'écriture de cette enquête exemplaire.

    Sur commande
empty